Thème de l’année 2020

(actualisé le )

"Parle Seigneur, ton serviteur écoute"

L’année s’ouvre sur cette parole issue de l’Ancien Testament où un jeune garçon appelé Samuel qui vit dans le temple ne connaît pas encore le Seigneur. Au service d’Elie, il est entièrement disponible à son maître. Au premier mot de celui-ci il est prompt à obéir. Mais il lui manque l’écoute intérieure. Une nuit, il entend une voix. C’est Dieu qui l’appelle. Son maître Elie étant sa seule référence, il se méprend sur cette voix intérieure. Elie comprend ce qui se joue et envoie son protégé à un coeur à coeur avec le Seigneur. Voilà Dieu qui vient lui parler au coeur, l’enraciner dans une relation intime avec Lui.

Ecouter Dieu qui nous parle dans le silence

La Bible, une fois encore, nous montre un Dieu à la recherche de l’homme, un Dieu qui appelle l’homme. C’est Lui qui a l’initiative de cette relation. Dieu ne cesse d’appeler chacun à cette vie d’alliance. Cette écoute est un silence habité, à l’opposé du mutisme. Un état paisible, disponible à la parole de l’autre. Le silence est une manière d’exprimer le vide que nous désirons voir rempli par Dieu. Creuser en nous ce vide immense que le silence exprime et qui est attente de la venue de Dieu. Le silence, le chrétien le goûte en effet à une double profondeur. D’abord, le silence nous permet de nous retrouver nous-même. Au-delà, le silence permet une attention très simple au mystère de Dieu.
Faire silence, se rendre disponible à la parole, suppose un apprentissage. La communication entre deux personnes demande du temps. Comme Samuel, le croyant prête l’oreille, attentif aux motions intérieures, aux aspirations profondes qui l’animent. Dieu nous parle ainsi par la médiation de notre humanité. Pour appréhender ce qui se joue, un travail de discernement est nécessaire : de ce qui monte de notre coeur et de notre esprit, pouvoir repérer les élans qui viennent de Dieu.

Notre conscience individuelle a ses limites et nos motions profondes demandent à être « vérifiées » par l’Eglise. L’accompagnement spirituel est une balise essentielle pour suivre le Christ. C’est son maître Elie qui comprend « que Yahvé … appelait l’enfant Samuel » et lui indique le chemin de sa rencontre personnelle avec Dieu.
L’écoute de la présence et de la voix de Dieu dans notre quotidien nous conduit à choisir notre vie avec Lui, à discerner la route qu’Il nous montre.

Le bonheur d’écouter

Ecouter, écouter encore, écouter toujours, écouter jusqu’au bout. Dans ses « Sermons », Bernard de Clairvaux évoque le bonheur d’écouter une parole qui donne vie. « Mes bien-aimés, ne cessez pas d’écouter la parole que le Seigneur prononce en vous. Bienheureuse l’âme qui, dans le silence, perçoit le souffle du murmure de Dieu et qui souvent répète ces mots de Samuel ; parle, Seigneur, ton serviteur écoute ; Arrêtons-nous donc ici aujourd’hui et faisons silence pour entendre Dieu nous parler à l’intime ».

Se tenir devant un Dieu qui parle, qui parle à chacun personnellement « Parle, Seigneur, dis-moi une parole, je suis tout écoute, je me tiens disponible, prêt à Te servir ».